AVENTUREMAROC

L’alimentation frugale durant le stage de survie.

Dans stage de survie, il y a survie, c’est le principe. Même si s’alimenter, contrairement à ce que l’on peut penser, ne fait pas partie des objectifs primordiaux, il n’en reste pas moins important. Les 3 priorités étant l’abri, le feu et l’eau.

Pour se rendre compte et pour bien imaginer ce qu’a été notre niveau de survie dans le Haut Atlas marocain, il suffit de faire un point sur notre alimentation durant 5 jours. C’est très significatif et parlant.

Le principe : le premier soir nos guides/instructeurs nous confient un stock de nourriture que nous devrons gérer. Soit on mange tout d’un coup, soit on le répartit sur la semaine. Une discussion collective s’engage pour savoir quelle solution adoptée. Nous avons des morceaux de poulet mariné cru, 6 poivrons, 6 tomates, 6 oignons pour le groupe et pour chacun 2 oranges, une banane et une pomme, tout ça pour la semaine. Très vite, nous tombons d’accord, la priorité est de faire cuire le poulet pour sa conservation, il devra de toute façon être mangé au plus vite, sans froid, impossible de le conserver. En cas de besoin, il y a une poche de dattes et de fruits secs, amandes, pistaches à n’utiliser qu’en cas de grande nécessité et problème. La nourriture du groupe est répartie entre tous. Nous aurons à disposition de la farine, du thé et du sucre. Pour le reste, on devra chercher de quoi se substanter au gré de nos déplacements (plantes, insectes, petit gibier).

Au menu de la semaine :

Dimanche soir : poulet, salade de tomates, poivrons, oignons, pain, thé à la menthe

Jour 1 :

  • Lundi matin : thé à la menthe, pain, omelette aux légumes
  • Lundi midi : reste du poulet
  • Lundi soir : soupe avec oignons, plantes ramassées, farine, thé à la menthe

Jour 2 :

  • Mardi matin : pain fabriqué par nos soins, thé à la menthe
  • Mardi soir : soupe, thé à la menthe

Jour 3 :

  • Mercredi matin : pain aux légumes préparé par nos soins, thé à la menthe
  • Matinée : une datte
  • Mercredi après-midi : reste du pain aux légumes, thé à la menthe
  • Mercredi soir : scorpions capturés par nos soins, thé à la menthe

Jour 4 :

  • Jeudi matin : pain aux dattes, pommes et fruits secs préparé par nos soins, thé à la menthe
  • Jeudi midi : dattes, fruits secs, thé à la menthe, oranges
  • Jeudi soir : grenouilles (5) capturées par nos soins, soupe aux herbes et farine, thé à la menthe

Nous n’avions pas grand-chose, mais nous avons tout partagé, nous avons géré notre stock de nourriture tout au long de la semaine.  Le dernier jour, nous avons mis en commun ce qui restait. La faim est supportable, l’estomac se réduit très vite et s’adapte, par chance nous n’avons pas souffert de la soif, il y avait des sources un peu partout qui nous permettaient d’avoir tout le temps des réserves. Au bout d’un moment, la sensation de faim s’amoindrit, elle devient un compagnon fidèle sans être traumatisante. Evidemment, l’organisme ralentit ses mouvements, les réactions sont moins vives. Mais ce n’est pas désagréable. Ce qui manque le plus ce sont les odeurs, les goûts, les saveurs et les couleurs des mets, ainsi que leur consistance.

Au bilan, nous avons perdu entre 500 gr et 4 kilos chacun. Personnellement, je l’ai vécu comme un jeûne réparateur, cette diète m’a fait énormément de bien. Depuis notre retour, mon appétit s’est limité, je suis vite rassasiée, et je suis en pleine forme et surtout j’ai meilleure mine, avec le sentiment d’avoir éliminé tout le surplus et les toxines. Et surtout l’ambiance du groupe a été notre moteur, notre carburant durant la semaine, sans cette cohésion, cette bonne humeur, il aurait été parfois difficile de tenir.

[alert type= »info » second_text= »Comme tout stages de survie, il ne s’agit pas d’être en survie mais d’en approcher les sensations comme la faim, la fatigue, la soif et le stress pour déclencher les actions adaptées avec l’aide et les conseils des pros de la survie. Ici nous avions donc une base minime de nourriture qui n’aurait pas existé en survie réelle, comme le thé et un peu de farine pour le pain et parfois la soupe. Beaucoup de gens pensent que la faim est le 1er problème en condition de survie, je ne le pense pas car si on peut tenir plusieurs jours sans manger on ne le peut pas sans boire. L’eau est donc le double problème car il faut en trouver et la purifier en la filtrant et en la faisant bouillir, ce qui implique de faire du feu etc… Khun Didi » show_close= »false »]

 

L’alimentation en stage de survie
4 (80%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerPublier des commentaires