Ayutthaya – Thailande

by Khun DiDi, 5 juin 2008
Notez cet article

Ayutthaya, l’ancienne capitale du Siam

Pour y aller: Depuis Bangkok, possibilité de visiter Ayutthaya en une journée, départ en mini-bus le matin très tôt et retour bar bateau le soir, en descendant le fleuve Chao-Praya (repas servit a bord)…

Histoire:

Le royaume d’Ayutthaya a été un royaume thaï de 1350 à 1767. Le roi Ramathibodi I (Uthong) a fondé la ville d’Ayutthaya à titre de capitale de son royaume en 1350 et a annexé Sukhothai, 640 kilomètres au nord, en 1376. Au cours des quatre siècles suivants le royaume a pris de l’expansion pour devenir le Siam, dont les frontières étaient approximativement celles de la Thaïlande moderne, à l’exception du royaume Lannathai au nord. Ayutthaya était ouverte aux commerçants étrangers.
U Thong était un aventurier prétendument descendu d’une riche famille marchande chinoise ayant des relations avec la royauté par les liens d’un mariage.

En 1350, pour échapper à la menace d’une épidémie, il a déplacé sa cour au sud dans la riche plaine inondable du fleuve Chao Phraya. Sur une île dans le fleuve il a fondé une nouvelle capitale, qu’il a appelée Ayutthaya (son nom complet est Phra Nakhon Si Ayutthaya , tiré du nom de la ville d’Ayodhya en Inde nordique, la ville du héros Rama de l’histoire épique hindoue de Ramayana. Le roi U Thong a assumé le nom royal de Ramathibodi (1350-1369).

Le roi Ramathibodi a essayé d’unifier son royaume. En 1360, il a déclaré le Bouddhisme theravda la religion officielle d’Ayutthaya et a invité des membres d’une sangha, une communauté monastique bouddhiste du Ceylan à établir un nouvel ordre religieux et à propager la foi parmi ses sujets. Il a également compilé un code légal, basé sur le Dharmashastra indien (un texte légal hindou) et la coutume thaïe, qui sont devenus la base de la législation royale. Composée en pali, une langue indo-aryenne étroitement liée au Sanskrit, langue des scriptes bouddhistes Theravada, elle avait force d’injonction divine. Complété par des arrêtés royaux, le code légal de Ramathibodi est demeuré généralement en vigueur jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle.

À la fin du XIVe siècle, Ayutthaya est considérée comme l’entité politique la plus puissante d’Asie du Sud-Est. Dans les dernières années de son règne, Ramathibodi a réussi à s’emparer d’Angkor. Son objectif était de sécuriser la frontière orientale du royaume en devançant les ambitions viêt sur les territoires khmers.

Toutefois, Ayutthaya a souvent dû envoyer des troupes pour mater des rébellions à Sukhothai ou mener des campagnes contre Chiang Mai, qui continuait de résister à son expansion.

Le roi se trouvait à l’apex d’une hiérarchie sociale et politique fortement stratifiée à tous les niveaux de la société. L’unité de base de l’organisation sociale était la communauté de village composé de ménages de familles étendues. D’une façon générale, le chef de village, élu, pilotait les projets communaux. Il conservait les titres de propriété de la terre au nom de la communauté, bien que les propriétaires ruraux pussent la conserver aussi longtemps qu’ils la cultivaient.

Avec des réserves importantes de terre disponible pour la culture, la viabilité de l’État dépendait de l’acquisition et de la commande d’une main-d’œuvre à répartir entre le travail à la ferme et la défense.

La primauté politique d’Ayutthaya nécessitait une guerre constante, car aucun des états dans la région ne possédant d’avantage technologique, le résultat des batailles était habituellement déterminé par la taille des armées. Après chaque campagne victorieuse, Ayutthaya déportait une partie des peuples vaincus sur son propre territoire, où ils étaient assimilées et ajoutés à la main-d’œuvre locale.

Chaque homme libre devait être enregistré en tant que domestique, ou « phrai », auprès du seigneur local, ou « Nai », pour le service militaire et les corvées de travaux publics sur la terre du fonctionnaire à qui il avait été affecté. Le phrai pouvait également remplir ses obligations de travail en payant un impôt.

S’il trouvait le travail obligatoire sous son Nai trop pénible, il pouvait se vendre en esclavage à un Nai plus attrayant, qui payait alors une compensation au gouvernement pour la perte de travail de corvées. Pas moins d’un tiers de la main-d’œuvre au dix-neuvième siècle se composait de phrais.

Source WIKIPEDIA: http://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume_d’Ayutthaya

Khun DiDi
Khun DiDi Auteur, photographe et videaste
Khun DiDi, surnom donné en Thailande. Ayant l'opportunité de beaucoup voyager pour mon travail (cameraman / webmaster) et aimant les arts-martiaux, la moto, les sports de glisse, je compte essayer de vous faire partager quelques unes de nos expériences...Passionné de photo, je suis le complice idéal de Sita pour vous faire découvrir de belles choses sur notre petite planète ! 😉

Suivez les nouveautés !

Abonnez vous a notre lettre d'information (Newsletter) et ne ratez plus aucun article !

La chaîne YouTube

Image Instagram du jour...

Voir Plus

Derniers articles

Suivez nous sur Facebook