DIVERSFRANCE

Héritage Irlandais à Bordeaux

Un ami Irlandais barman dans un pub à Pau (64), me dit un jour « tu sais pourquoi Dieu a inventé la bière ? ». « non! » .

« C’est pour éviter que les Irlandais soient les maîtres du monde! »…D’un certain point de vue, il avait raison: ne trouve t’on pas au moins un pub Irlandais dans n’importe quel coin du monde? Preuve en est que ce sont de grands voyageurs…Et de grands amateurs de bière!

Et Bordeaux n’échappe pas à la règle, bien au contraire, car l’héritage Irlandais est important dans le Bordelais. Fêter le Saint patron de l’Irlande (le 17 mars) en buvant des Guinness tout en mangeant une « beef and beamish pie » c’est bien (et j’adore ça!) mais en profiter pour vous présenter une partie de cet héritage Irlandais, c’est mieux!

Les traces…

Tel un pisteur indien sur les trace de Custer pour lui planter mon tomahawk…tomaouak…tomawak…bref ma hachette dans le crâne, je farfouille sur le net pour trouver des indices…

Le collège Irlandais

C’est à la fin du règne de Louis XV que le père supérieur Martin Glynn s’aperçoit que la majorité des séminaristes venant d’Irlande avaient des problèmes pour se loger. Cette maison a donc été acheté en 1696 pour héberger une dizaine de séminaristes et une dizaine de prêtres, rue du Hâ.

La Grosse-Cloche (porte St Eloi)

Celle-ci a été rénovée en 1876 et 1877 par la municipalité de Bordeaux, sous la présidence de la République du Maréchal Patrice de Mac Mahon. Bon d’accord, le lien est un peu mince, mais il est quand même cité sur une plaque commémorative posée sur la façade de la porte St Eloi.

Patrice de Mac Mahon

« Les Mac Mahon sont une famille d’origine irlandaise, réfugiée en France avec Jacques II Stuart, lors de la Glorieuse Révolution de 1689, et se réclamant de la descendance des anciens rois d’Irlande. Ils revendiquent une descendance des seigneurs de Munster. Après l’installation définitive de la famille en France, leur noblesse est reconnue par lettre patente du roi Louis XV.

Famille essentiellement militaire (quatorze Mac Mahon ont intégré l’armée), elle s’est établie en Bourgogne (Autun), au château de Sully, qui verra naître le 13 juillet 1808 Patrice de Mac Mahon, seizième et avant-dernier enfant de Maurice-François de Mac Mahon (1754-1831), comte de Mac Mahon et de Pélagie de Riquet de Caraman (1769-1819), elle-même descendante de Pierre-Paul Riquet, constructeur du canal du Midi. »

Sources: WIKIPEDIA

Rue de la verrerie

Cette rue qui a été ouverte en 1831 se trouve sur le site de la fameuse verrerie Royale de Bordeaux, de Pierre Mitchell. Cette verrerie, qui se trouvait au début dans le quartier des Chartrons a été déplacé en 1723 pour occuper sa place définitive. Pierre Mitchell serait le créateur du Jéroboam (bouteille de 5 litres), ainsi nommé par les Bordelais en 1725, et de la bordelaise (nom pour la forme de bouteille caractéristique des vins de Bordeaux).

« Issu d’une ancienne famille anglaise établie en Irlande, Pierre Mitchell est le fils de Jean Mitchell, écuyer, et d’Elisabeth O’Connel ; il est le petit-fils de Lawrence Mitchell, écuyer, de filiation noble depuis le xive siècle. Pierre est baptisé à Dublin le 4 février 1687. Son père Jean Mitchell lutte pour les Stuart, puis fait partie des réfugiés jacobites à la cour de France avec le roi Jacques II d’Angleterre.
Pierre Mitchell se constitue un « domaine viticole de premier ordre ». Il rachète d’abord, en 1724, une partie de la seigneurie d’Arsac ; ensuite il agrandit progressivement son domaine, par plus de vingt actes notariés, et il y fait construire le Château du Tertre vers 1736. Ce vignoble sera un cinquième grand cru dans la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855. »   Sources: WIKIPEDIA

Mon enquête ne s’ arrête pas a ces seuls lieux de Bordeaux, je peux citer l’impasse et la place Mitchell, la rue Mac Carthy, rue O’Reilly, rue David Johnston et la place Johnston… Il y a donc une vrai présence Irlandaise dans nos vieux murs Bordelais. Bien. Ça nous donne une excuse pour aller boire une pinte de Guinness, mais pourquoi pas du vin? On est a Bordeaux quand même! Ces foutus Irlandais ont ils eu une influence dans le milieu du vin Bordelais?

Les grands vin de Bordeaux & les Irlandais

Après avoir torturé un Irlandais a coup de verres de cidre Anglais, celui-ci m’a enfin donné une liste de châteaux dont l’histoire est liée à la grande migration des réfugiés Jacobites en France (vers 1688) dont, dit-on, 60% seraient d’origine Irlandaise.
Mais revenons a notre liste :

  • Château Pichon-Longueville (appellation Pauillac 2éme grand cru classé). Histoire lié à la famille Miailhe-Burke.
  • Château Siran(appellation Margaux Bordeaux supérieur haut médoc – Cru Bourgeois). Histoire lié à la famille Miailhe-Burke.
  • Château Mac-Carthy (appellation St Estephe Cru Bourgeois). Histoire lié à la famille Mac-Carthy (1818).
  • Château Clarke (appellation Listrac Cru Bourgeois). Histoire lié à la famille Clarke (1771-1820).
  • Châteaux Lynch-Bages & Lynch-Moussas & Dauzac (appellation Pauillac 5éme grand cru classé et Margaux 5éme grand Cru Classé). Histoire lié à la famille Lynch (1750).
  • Château Kirwan (appellation Margaux 3éme grand cru classé). Histoire lié aux familles Collington (1761) et Kirwan (1781).
  • Château Dillon (appellation Haut Médoc- Cru Bourgeois). Histoire lié à la famille Dillon (1754).
  • Château du Tertre (appellation Margaux 5éme grand Cru Classé). Histoire lié à la famille Mitchell (1724-1782).
  • Château La Ronde (appellation Premières côtes de Bordeaux). Histoire lié à la famille Mitchell (1724-1782).
On peut citer aussi quelques châteaux liés a l’histoire de familles d’origines Irlandaise non Jacobites :
  • Château d’Yquem (appellation Sauternes 1er Cru Superieur). Histoire lié à la famille Mac-mahon (1877).
  • Château Ducru-Beaucaillou (appellation St-Julien 2éme grand Cru Classé). Histoire lié à la famille Johnston (1863).
Plus quelques autres surement… Enfin, les amateurs de vin pourront ainsi fêter le St Patron de l’Irlande sans être obligé de boire de la bière! ouf !

Les Pubs Irlandais…

Nous avons la chance d’avoir des pubs pour tous les goûts, des grands ( comme le Sherlock Holmes même si celui-ci est plutôt Anglais ) mais aussi des pubs plus petits, ceux que je préfère en fait, car plus « cosy » (comme le Cambridge Arms).

Voici une carte de quelques pubs sur Bordeaux:

Agrandir le plan

L’Irlande à Bordeaux, ailleurs que dans les Pubs…

C’est possible ça? La réponse est oui, même si l’un n’empêche pas l’autre, vous pouvez allez faire un tour au Comptoir Irlandais de Bordeaux, 14 rue du Temple.
Vous y trouverez de quoi vous habiller classique ou rugby ainsi qu’une cave a bière avec  un choix de plus de 50 bières, cidres et coffrets cadeaux !
Donc voila, plus aucune excuse pour ne pas fêter cette Saint Patrick!!!

Références:

La St Patrick et l’heritage Irlandais à Bordeaux
3 (60%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerPublier des commentaires